Presse économique en France : la fin de la concurrence

Sommaire

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Parue dans Le Monde du 2 février, une analyse de Xavier Ternisien sur les conséquences de la fermeture de La Tribune, quotidien économique lancé en 1985 qui chauffait son seul concurrent, Les Échos, journal plus que centenaire. Celui-ci demeure maintenant seul dans le marché de la presse économique. Outre que cette situation n’est jamais bonne…

Parue dans Le Monde du 2 février, une analyse de Xavier Ternisien sur les conséquences de la fermeture de La Tribune, quotidien économique lancé en 1985 qui chauffait son seul concurrent, Les Échos, journal plus que centenaire. Celui-ci demeure maintenant seul dans le marché de la presse économique. Outre que cette situation n’est jamais bonne au plan éditorial, souligne l’analyste du Monde, elle souligne un problème plus important et à peu près exclusif à la presse française, soit sa concentration entre les mains de grands groupes industriels. « La France, écrit Ternisien, est le seul pays industrialisé, avec l’Italie de Silvio Berlusconi, où de grandes entreprises de presse appartiennent à des industriels, et pas à des groupes de médias », comme c’est le cas dans les pays de tradition anglo-saxonne. Une façon de faire qui remonte au début du XXe siècle et qui traduit la « recherche d’influence » des industriels français, selon le sociologue des médias Jean-Marie Charon, cité dans l’analyse de Ternisien intitulée : « La Tribune » et le pluralisme.