Présidentielles en France : la grogne des médias audiovisuels

Sommaire

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

À compter du 20 mars, tous les médias de l’audiovisuel en France devront respecter la règle dite de « stricte égalité du temps de parole » qui les oblige à accorder à tous les candidats à l’élection présidentielle des 22 avril et 6 mai (deux tours) le même temps de parole. Le temps accordé à…

À compter du 20 mars, tous les médias de l’audiovisuel en France devront respecter la règle dite de « stricte égalité du temps de parole » qui les oblige à accorder à tous les candidats à l’élection présidentielle des 22 avril et 6 mai (deux tours) le même temps de parole. Le temps accordé à chacun des candidats par chaque radio ou télévision de tout le pays est comptabilisé par le Conseil supérieur de l’audiovisuel. Toutes les émissions, d’information, de variétés ou autre doivent se soumettre à cette comptabilité exigeante. Se disant vivement préoccupés par les contraintes inhérentes à l’application de cette règle, neuf des plus importantes radios et télévisions du pays ont envoyé récemment une lettre ouverte au Conseil constitutionnel français qui supervise l’élection pour lui demander de l’assouplir. La lettre en question au bout de ce lien.