La formation en éthique journalistique, la réponse à tous les maux?

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Source : site web du Conseil de Presse du Québec

Dans un article publié le mois dernier, le journaliste du quotidien britannique The Guardian, Roy Greenslade, s’interroge sur les effets réels d’une formation en éthique sur les étudiants en journalisme.

Dans le cadre de la Commission Leveson sur le scandale du tabloïd News of the World, plusieurs professeurs responsables de programmes universitaires en journalisme sont venus présenter au Commissaire le curriculum de leurs étudiants, dans lequel l’éthique et la déontologie occupent une place non négligeable. Les étudiants semblent être de plus en plus intéressés à ces questions, mais une fois sur le marché du travail, l’éthique et la déontologie cèdent souvent le pas à des intérêts corporatifs.

Selon Greenslade, l’ultime défi pour la Commission Levenson est donc de changer cette culture médiatique. Les effets positifs d’une formation en éthique ne pourront être ressentis que si ces principes sont aussi respectés et promus dans le milieu de travail. L’article complet de Roy Greenslade en cliquant ici.