Jusqu’où aller dans les mises en scène télé?

Sommaire

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré du site J-SOURCE.CA du Canadian Journalism project. Traduction de l’anglais diffusée par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec – FPJQ sur sa lettre web hebdomadaire — Le journaliste Tibor Krausz a été fort surpris de voir comment travaillaient certaines équipes de télévision qui couvraient les graves inondations en Thaïlande en novembre dernier. Il voyait…

(Tiré du site J-SOURCE.CA du Canadian Journalism project. Traduction de l’anglais diffusée par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec – FPJQ sur sa lettre web hebdomadaire)

Le journaliste Tibor Krausz a été fort surpris de voir comment travaillaient certaines équipes de télévision qui couvraient les graves inondations en Thaïlande en novembre dernier. Il voyait les gens continuer à vaquer à leurs occupations dans les rues inondées de Bangkok, et les enfants jouer dans cette piscine improvisée.

Plus loin, il voit une équipe de télévision britannique filmant des Thaïlandais juchés sur des sacs de sable. Le reporter explique aux téléspectateurs que ceux-ci craignent de s’aventurer dans l’eau. Une fois la caméra éteinte, le journaliste a remercié les Thaïlandais qui ont repris sans aucune hésitation leur chemin, les pieds dans l’eau. Leur crainte, exposée dans le reportage, était une mise en scène destinée à dramatiser la situation.

Cette anecdote sert de point de départ à une discussion sur les mises en scènes à la télévision, sur ce qui est acceptable, ce qui ne l’est pas et sur la frontière entre les deux.

Le Code de déontologie des journalistes du Québec dit à ce propos (article 5a): « Les mises en scène anodines où, par exemple, les journalistes demandent à une personne interviewée de parler au téléphone pendant qu’on la filme ne portent pas à conséquence aussi longtemps qu’elles ne modifient pas la substance du reportage. Il n’est pas nécessaire d’identifier ces mises en scène dans le reportage.

Mais lorsqu’il s’agit de recourir à une mise en scène plus élaborée, les journalistes se montreront extrêmement prudents. Ils doivent éviter de manipuler la réalité, en incitant par exemple des manifestants à faire usage de violence devant la caméra».

L’article original en anglais sur J-SOURCE.CA.