D’intérêt public? Ou intéressant pour le public?

Sommaire

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

La question se pose souvent ces jours-ci en Grande-Bretagne devant la Commission d’enquête Leveson qui examine la culture, les pratiques et l’éthique des médias britanniques. Cette enquête a été créée à la suite du scandale d’écoute électronique illégale qui a provoqué la fermeture en juillet dernier du tabloïd News of the World, propriété du magnat…

La question se pose souvent ces jours-ci en Grande-Bretagne devant la Commission d’enquête Leveson qui examine la culture, les pratiques et l’éthique des médias britanniques. Cette enquête a été créée à la suite du scandale d’écoute électronique illégale qui a provoqué la fermeture en juillet dernier du tabloïd News of the World, propriété du magnat de la presse Rupert Murdoch.

Les commissaires ont entendu plusieurs éditeurs de magazines expliquer pourquoi, à leur avis, il pouvait arriver qu’il soit d’intérêt public de s’intéresser à la vie privée d’une star. Lucie Cave, éditrice du magazine Heat, cite le cas, hypothétique, d’une vedette qui se servirait de sa famille à des fins promotionnelles ou qui cultiverait l’image d’un parent attaché aux valeurs familiales. À son avis, il serait tout à fait justifié d’exposer publiquement, le cas échéant, l’infidélité de cette personne, tout comme l’hypocrisie des personnages publics qui s’érigent en modèle. Point de vue délicat, bien sûr, car il justifie nécessairement que les journalistes fouillent dans la vie privée des gens pour savoir si leurs comportements correspondent à leur image; et il implique aussi une bonne dose de jugements de valeurs : une mère attentive ou un père à l’écoute de ses enfants, qui aiment leur conjoint, mais qui auraient une aventure d’un soir, méritent-ils d’être cloués au pilori de l’opinion publique? Tout l’article sur le site web de la BBC.