Comment réformer la presse britannique?

Sommaire

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

C’est la question que se pose le journaliste du Independant de Londres, Ian Burrell, traduit en français dans l’édition du 2 février du Courrier International. Cette question, Burrell n’est pas le seul à se la poser depuis que l’enquête Leveson se penche sur le scandale d’écoute électronique illégale qui a conduit à sa perte le…

C’est la question que se pose le journaliste du Independant de Londres, Ian Burrell, traduit en français dans l’édition du 2 février du Courrier International. Cette question, Burrell n’est pas le seul à se la poser depuis que l’enquête Leveson se penche sur le scandale d’écoute électronique illégale qui a conduit à sa perte le tabloïd britannique News of the World, propriété du magna de la presse Rupert Murdoch. En fait, cette enquête semble avoir ouvert une boîte de Pandore. « Foire aux monstres » et « la pire chose qui soit jamais arrivée aux journaux » pour certains ou, pour d’autres, défilé de patrons de presse qui « expriment des opinions excentriques délirantes sur l’avenir de la profession » de journaliste, la commission d’enquête semble n’avoir été jusqu’ici, explique Burrell, qu’un festival des lamentations. Certains bonzes de la presse ont admis la nécessité d’une réforme, mais laquelle? Bien qu’on ne s’entende pas sur la nature des garde-fous, il semble bien qu’on se dirige vers la mise en place d’un système d’autorégulation qui serait solide et efficace.