BBC : trop de scandales, plus de patron

Sommaire

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Tiré du quotidien francais Libération — par Charlotte Kan Sous pression depuis que le scandale Jimmy Savile a éclaté en octobre, le directeur général de la BBC, George Entwistle, en poste depuis sept semaines seulement, a fini par démissionner. Le coup de grâce lui a été asséné il y a dix jours, quand la chaîne BBC2 diffuse, dans…

(Tiré du quotidien francais Libération)

par Charlotte Kan

Sous pression depuis que le scandale Jimmy Savile a éclaté en octobre, le directeur général de la BBC, George Entwistle, en poste depuis sept semaines seulement, a fini par démissionner. Le coup de grâce lui a été asséné il y a dix jours, quand la chaîne BBC2 diffuse, dans son émission d’investigation phare Newsnight, une enquête accusant de pédophilie un ancien politicien conservateur de l’ère Thatcher, sans toutefois le nommer. Des accusations qui se sont depuis révélées fausses et fruit d’un témoignage erroné. Bref, du journalisme de bas étage, l’inverse de ce sur quoi l’édifice BBC clame haut et fort être fondé. Le groupe public se retrouve plongé dans une grave crisede confiance. Il avait déjà été mis à mal par la révélation qu’il avait renoncé à diffuser, fin 2011, une enquête de Newsnight dévoilant que Jimmy Savile, un présentateur vedette de la BBC décédé l’année dernière, aurait abusé sexuellement de centaines d’enfants.

Annonçant sa décision en plein milieu de la nuit de samedi à dimanche, aux côtés d’un Lord Patten — le président du conseil d’administration de BBC — à la mine sombre, George Entwistle a justifié sa démission devant les caméras rassemblées sur le parvis de Broadcasting House, le siège historique de la BBC. « Compte tenu du fait que le directeur général est aussi le rédacteur en chef, et responsable en fin de compte de tout le contenu des émissions, et compte tenu du niveau journalistique inacceptable de l’enquête Newsnight diffusée le 2 novembre, j’ai décidé que la chose convenable à faire était de démissionner de mon poste de directeur général », a t-il sobrement déclaré.

Pour George Entwistle, qui a avoué, vendredi, lors d’une humiliante interview par l’un de ses journalistes sur la BBC Radio 4, qu’il ne s’était pas informé du contenu de la dernière enquête Newsnight avant sa diffusion et n’avait pas, par la suite, pris connaissance d’un article du Guardian la mettant fortement en doute, la pression était devenue intenable.

La suite de cet article sur Libération.fr.