Appel de détresse d’un policier : diffusion justifiée, selon le CCNR

Sommaire

(Les textes que je publie dans cette revue de presse sont des références. Il ne faut pas les interpréter comme des opinions personnelles. Pierre Tourangeau)

Ceci est un résumé d’un communiqué de presse du CCNR Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a rendu publiques deux décisions concernant la diffusion, par plusieurs stations en juin 2011, d’une conversation radio d’un policier. Le CCNR a conclu que les stations en cause n’ont pas porté atteinte à la vie privée…

(Ceci est un résumé d’un communiqué de presse du CCNR)

Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a rendu publiques deux décisions concernant la diffusion, par plusieurs stations en juin 2011, d’une conversation radio d’un policier. Le CCNR a conclu que les stations en cause n’ont pas porté atteinte à la vie privée du policier en question, mais qu’elles auraient dû prévenir les auditeurs du caractère troublant de la conversation. Le CCNR a déterminé que les deux stations n’ayant pas donné cet avertissement ont enfreint le paragraphe 6.3 du Code concernant la violence de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR).

Les faits : un policier, coincé sous une fourgonnette dont il tentait d’arrêter le conducteur, a réussi à appeler du secours par radio, mais a succombé à ses blessures à l’hôpital. Le chef de la police régionale de York s’est plaint au CCNR que l’appel de détresse avait été diffusé par plusieurs stations de télévision. Celles-ci ont fait valoir que l’appel avait été fait sur les ondes publiques, qu’il pouvait donc être entendu par qui le voulait, et qu’il avait été diffusé sur Internet peu de temps après l’incident. Les télédiffuseurs en cause ont également souligné que leurs reportages mettaient en lumière le professionnalisme et l’altruisme du policier. Les deux décisions sur le site du CCNR en cliquant sur ces liens : première décision; deuxième décision.