Contenu diffusé sur CBC Television pas affiché en ligne par la suite (English translation follows)

Review from the Office of the Ombudsman | English Services

Summary

Du contenu diffusé sur les ondes de CBC Television à la suite d'un reportage sur le conflit étudiant au Québec n'a pas été affiché en ligne par la suite. Le plaignant estime que le réseau a fait montre de partialité, mais rien ne me permet de conclure qu'il y a eu violation des Normes et pratiques journalistiques de CBC/Radio-Canada.

Le 18 mai 2012, L'émission de CBC Television, The National, présentait un reportage de sa correspondante à Montréal, Catherine Cullen, au sujet des manifestations étudiantes. Après le reportage, de l'information sur les coûts de l'éducation a été lue et affichée à l'écran.

Ces deux éléments ont été accessibles en ligne pendant les 24 heures suivantes sur le site CBC.ca/thenational au moyen de la fonctionnalité Watch The Show qui permet aux utilisateurs de revoir l'émission. Par la suite, par contre, seul le reportage était disponible dans le cadre du contenu archivé dans le site. L'information affichée à l'écran après le reportage n'était pas comprise.

Le plaignant, Chérif Toubache, nous a écrit le 28 mai pour se plaindre de la disparition du contenu. Il se demandait qui, à CBC News, avait décidé d'ᆱ ôter » l'élément en ajoutant que le réseau public ne « devait en aucun cas cacher des informations au public qu'il informe ».

« Je pense que dans un pays démocratique comme le Canada, personne ne devrait jamais utiliser ce genre de stratégie injustifiée, qui viole la liberté et le mandat journalistique de nos médias », a écrit le plaignant.

Esther Enkin, rédactrice en chef de CBC News, a répondu le 20 juillet de la façon suivante : « Tout d'abord, permettez-moi de vous assurer que le reportage auquel vous faites allusion n'a pas été censuré. » Elle ajoutait que le reportage était encore accessible en ligne, mais que « La version complète avec les compléments d'information offerts par l'animateur n'est toutefois plus disponible en ligne, mais elle a été archivée sur les serveurs de CBC. »

M. Toubache a répondu le 25 juillet que l'information écrite à l'écran était importante. « Je pense qu'il aurait été approprié vu les circonstances et l'importance de laisser celle- ci à la disposition du public canadien et non d'en retirer la fin du contenu plus d'une semaine après. »

Il ajoutait que CBC News avait « agi sans discernement dans ce dossier et censuré une information qui aurait dû rester accessible au public canadien au lieu d'être archivée ».

Les Normes et pratiques journalistiques de CBC/Radio-Canada exigent l'impartialité : « Nous ne militons pas en faveur d'un point de vue particulier dans les questions qui font l'objet d'un débat public. »

La politique met également l'accent sur l'exactitude de ce que nous présentons : « Les techniques de production que nous utilisons servent à présenter nos contenus d'une manière claire et accessible. »

Elle fait remarquer l'importance de l'intégrité : « La confiance du public est notre capital le plus précieux. »

CONCLUSION

La technique de publication en ligne a supprimé un élément qui avait été jugé utile pour la télédiffusion originale. Ce faisant, les Internautes ont été privés d'une information qu'ils auraient pu trouver utile.

Je suis d'accord avec le plaignant quant au fait que, idéalement, le reportage et l'élément affiché à l'écran aurait dû être gardés ensemble lorsqu'ils ont été versés dans Internet.

Mais je n'en ai pas conclu qu'il y a eu une quelconque partialité : ce qui est resté en ligne était un reportage équitable. Il n'y a pas non plus eu de censure : le processus technique anodin qui consiste à enlever un élément ajouté à un reportage n'était pas une « stratégie » comme le suggérait le plaignant, ni un effort délibéré de supprimer ou d'expurger du contenu — ce processus n'était pas associé à un jugement éditorial.

Néanmoins, le plaignant met de l'avant un concept intéressant quant à la manière dont CBC News pourrait mieux respecter son principe voulant que les éléments diffusés soient présentés de façon « claire et accessible », si le réseau s'efforçait de conserver les rapports, les graphiques et les textes lorsque les reportages sont versés dans Internet.

Cela dit, rien dans ses politiques journalistiques n'oblige CBC News à distribuer la totalité de son contenu sur l'ensemble de ses plateformes. Le reportage qui est resté en ligne était exact, juste et largement conforme aux politiques; il n'y a donc pas eu de violation des Normes et pratiques journalistiques de CBC/Radio-Canada.

Kirk LaPointe
Ombudsman de CBC

Summary

CBC Television broadcast material following a report on the Quebec school dispute but did not later carry that content online. The complainant argued this demonstrated bias, but I did not find a violation of CBC Journalistic Standards and Practices.

On May 18, 2012, CBC Television's The National carried a report by correspondent Catherine Cullen on the Montreal student protests. When the report concluded, it read and displayed information about education costs.

These two elements were accessible for the next 24 hours online at CBC.ca/thenational and its Watch The Show feature that permits users to replay the program. Beyond that point, however, only the report itself was available as part of the site's archived video. The scripted display of information was not included in the package.

The complainant, Chérif Toubache, wrote May 28 to complain about the disappearance of the material. He wondered who at CBC News decided to “remove” the element and complained “under no circumstances should it hide information from the public it informs.”

“I feel that in a democratic country like Canada, no one should ever use this type of unwarranted strategy, which violates the freedom and editorial mandate of our news media,” he wrote.

Esther Enkin, the executive editor of CBC News, wrote back July 20. “Let me begin by assuring you that the story was not censored,” she said. The report remained available online, but “the added information from the program host is no longer publicly available online, although it has been archived on CBC servers.”

Toubache wrote back July 25 and said the information in the scripted element was important. “I think it would have been appropriate, given the circumstances and the importance of this news item, to leave it online for the Canadian public and not remove the last portion of the report one week later.”

He said CBC News “exercised poor judgment in this affair and censored news that should have remained accessible to Canadians instead of being archived.”

CBC Journalistic Standards and Practices call for impartiality. “We do not promote any particular point of view on matters of public debate.”

The policy also calls for accuracy in presentation: “The production techniques we use serve to present the content in a clear and accessible manner.”

It notes the importance of integrity: “The trust of the public is our most valued asset.”

CONCLUSION

The online publication technique removed an element that the earlier broadcast found useful. In the process it deprived online users of information they might have valued.

I agreed with the complainant that optimally the report and scripted element would have been preserved as a package when they were migrated to the Internet.

But I did not conclude this was anything akin to bias: What remained in place was a fair- minded report. Nor was it censorship: The benign technical process that separated the report from the added element was not a “strategy,” as the complainant suggested, or a deliberate effort to suppress or expunge content — the process did not involve any editorial judgment.

Still, the complaint identifies an interesting concept about how CBC News might best fulfill its principle of “clear and accessible” presentation of broadcast elements by striving to package them when it migrates reports, graphics and scripts to the Internet.

That being said, nothing in its journalistic policy compels CBC News to distribute all of its content across all of its platforms. What remained accessible online was accurate, fair, and well within the policy, so there was no violation of CBC Journalistic Standards and Practices.

Kirk LaPointe
CBC Ombudsman